Scroll to top

Test Akai MPC LIVE


No comments

Test : Akai MPC Live

La toute première de la série des MPC (Music Production Center) produite par AKAI, MPC 60 est née en 1988 et a déclenché une révolution dans le monde de la production et notamment du sampling. Pendant près de deux décennies, la firme Nippone a développé et peaufiné ses produits et à ce jour par leur qualité, peut se vanter d’être leader du marché.

En octobre 2015, un grand défi avait été relevé par le fabricant : sortir un produit totalement hybride, connecté à l’ordinateur, à un prix plus que raisonnable tout en conservant son héritage technologique et son engagement vers l’innovation.

MPC Touch était né, première machine de beatmaking intégrant un écran tactile !

Pourtant révolutionnaire la “Touch” n’avait pas reçu l’accueil escompté auprès des « aficionados » de la MPC plutôt « roots » dans l’approche…

Bien décidé à reconquérir ses fans de la première heure, tout en fidélisant les nouveaux, AKAI a écouté chaque remarque et développé la MPC Live, évolution directe de la MPC Touch, un studio d’enregistrement et de composition ultra portatif où la seule limite est votre imagination.

AKAI MPC LIVE

AKAI MPC LIVE

Sommaire :

Les retrouvailles avec l’univers de la MPC Touch

La MPC Touch avait séduit ses utilisateurs et dans cette évolution standalone, AKAI a souhaité conserver son panneau supérieur, dont la qualité et l’ergonomie ne sont plus à démontrer. Un peu plus grande que la « Touch », et presque deux fois plus épaisse, la MPC Live accueille un écran tactile multi-points de 7 pouces qui de part sa taille agrandie ravira ceux qui avaient utilisé celui de son ainée !

AKAI MPC LIVE Panneau Arrière

AKAI MPC LIVE Panneau Arrière

C’est principalement sur la face arrière de la bête que les choses ont évolué…

 

Nous retrouvons un bouton poussoir power qui à la première pression m’a surpris: la machine a démarré même débranchée ! AKAI a donc souhaité jouer l’ultraportatif à fond prévoyant une batterie tenant la charge pendant 6h, rien que ça… !

Vous retrouverez en premier lieu une entrée adaptateur secteur 19V et un système anti-débranchement intempestif vissé, une led orange est aussi intégrée aux grilles de ventilation pour signaler l’alimentation de la machine. Ce panneau accueille également une sortie USB 3 pour passer en mode contrôleur, et deux ports entrée USB 3 où nous pourrons brancher des clés USB, disques durs, des contrôleurs externes et même un clavier QWERTY pour plus de simplicité à la saisie de texte.

 

Une machine Standalone jusqu’au bout

Autre nouveauté, AKAI est repassé sur un format DIN 5 broches pour ses 2 entrées et 2 sorties MIDI ce qui montre bien la volonté que cette MPC soit le coeur des home studio et setups live. Une grande importance a été redonnée au sampling avec les deux entrées JACK et RCA incluant une connectique pour la masse et une commutation phono/line. Les sorties audio sont au nombre de 6 dont 2 dédiées au master et 4 autres à définir dans vos réglages de pistes. Et pour ne pas déranger vos voisins lors de vos séances de composition nocturnes, une sortie mini-jack pour le casque a été aussi pensé.Standalone jusqu’au bout !

Légèrement plus grosse que la MPC Touch, ce belle bête de 2,7 kg tient aisément dans un sac à dos. Elle est dotée d’un processeur multicore de 2Go de RAM et d’un disque dur de base de 16Go incluant 10Go de samples d’origine, des kits divers de la Trap à l’EDM en passant par les sons de Hip Hop fournis par les plus grandes société d’échantillonnage du monde.

Et comme si vous n’en aviez pas assez, le constructeur a prévu sous la machine un emplacement permettant de connecter un disque dur SATA qui vous permettra d’avoir encore plus d’espace de stockage de kits, de sons, et de vos projets. Bref, 4 coups de tournevis, un passage chez le marchand d’informatique et c’est gagné! Enfin, cerise sur le gâteau, cette machine gère la WIFI et le Bluetooth ! J’ai d’ailleurs pu tester cette caractéristique avec le clavier sans fil LPK25 de chez AKAI dont le jumelage est vraiment optimisé et très simple (ce qui est rarement le cas avec les périphériques Bluetooth en général).

La puissance au bout des doigts

La MPC est livrée avec le logiciel MPC 2.1 spécialement dédié et intégré dans le processeur de cette dernière, et le moins que je puisse dire, c’est que ce soft a vécu une sacré belle mise à jour. Toutes les fonctions de sampling, d’editing sonore et de sequencing sont donc possibles débranché de tout ordinateur, et offrent ainsi la possibilité de profiter de la pleine puissance de la machine !

 

L’écran de 7 pouces permet de contrôler et visualiser l’intégralité du workflow, qui après une succincte intégration des termes techniques et une prise en main, devient très simple. Les utilisateurs qui aiment s’approprier et paramétrer leur outil seront ravis : un riche menu « préférences » leur permettra de régler de nombreuses options et paramètres comme celles du séquenceur, la synchronisation midi et timecode, et une multitudes de réglages pouvant personnaliser le workflow au maximum.

Sur la droite de l’écran, nous pouvons remarquer les potentiomètres rotatifs Q-LINK pouvant toujours contrôler 16 paramètres grâce au bouton du même nom et ses 4 diodes qui permettent virtuellement de switcher entre les 4 colonnes de paramètres à contrôler.

AKAI MPC LIVE Séquenceur pas à pas

AKAI MPC LIVE Séquenceur pas à pas

Juste en dessous de ces 4 potentiomètres, le bouton rotatif « Data Dial » vous sera très utile , parfaite alternative aux touches “+” et “-” permettant de régler les paramètres que vous aurez au préalable sélectionné du bout des doigts sur l’écran. Pour encore plus de précision dans le workflow il vous sera possible de solliciter la fonction poussoir de ce bouton et ainsi appeler un menu contextuel à l’écran, dans lequel vous naviguerez soit avec la rotation, ou encore avec le doigt.

Un workflow toujours aussi efficace

Sous l’écran nous pouvons découvrir 11 boutons dont les 5 boutons habituels de transport : Play Start (pour démarrer au début de votre séquence), Play, Stop, Rec et Overdub (pour enregistrer sans effacer les éléments déjà enregistrés sur cette piste). Le Tap Tempo (au clignotement désactivable) n’a pas été oublié et se trouve aussi dans cette zone juste sous le bouton Shift. D’ailleurs, le bouton shift permettra d’accéder à la double fonction de certains boutons (Il est aussi possible d’accéder à ces fonctions secondaires en double cliquant rapidement dessus).

Le worflow est centré autour des boutons Menu et Main qui une fois cliqués vous permettront en plus de vos doigts de naviguer entre les pages dédiées à la composition et l’enregistrement (Grid View, Track View, Step Sequencer et le pavé X/Y tactile pour déclencher les effets et les figer).

Vous trouverez aussi à l’écran les fonctions d’édition des samples et des programmes, l’accès au Sampler et au Looper, la fonction Track/Pads Mute, un mixer tactile pour chaque pad ou piste, les fonctions « next sequence » ou « song » à utiliser aussi en live, et enfin les modes de performance avec les Pads et setup des couleurs et Q-Links.

La partie moitié-gauche accueille les 4 boutons double fonction pour sélectionner les 8 banques stockant chacune 16 sons (total de 128 sons par programme) ! Ces 8 boutons permettent également de changer l’octave de performance.

Le bouton « Note Repeat » est aussi présent ! Fonction indispensable dans toute production de hip-hop, bass, trap actuelle, notamment pour les hats, son principe est très simple: il vous suffira juste de presser le bouton « Note Repeat » en restant appuyé sur un pad, et comme par magie la note sera répétée à une quantification que vous aurez définie (1/4, 1/8, 1/16, 1/32, 1/64…) et en changeant la quantification pendant la performance vous obtiendrez un groove super original !

Si vous souhaitez enregistrer un pad en étant toujours à une vélocité maximum quelque soit la force que vous mettez sur eux (idéal pour vos Kicks !) vous pourrez activer la fonction Full Level. La touche « 16 level » quand à elle offrira de jongler entre 16 vélocités, niveaux de filtres, tonalité, attaque, decay différents pour le son sélectionné afin de donner de la nuance à votre enregistrement. Enfin il, vous sera aussi certainement utile de presser la touche« Erase » pour corriger vos erreurs lors de l’enregistrement des pistes.

Les Pads quant à eux n’ont pas bougé ! ils sont toujours de super qualité, très réactifs et inspirants. Leur embase est composée d’une couche transparente rétro-éclairée en fonction de la vélocité appliquée dessus et d’une partie supérieure noire. (nb : les couleurs et modes d’éclairage des pads peuvent être contrôlés directement à partir des paramètres de la MPC Live).

Dans les modes Main, Grid, Track et XYFx, les pads serviront leur fonction première, à savoir déclencher des sons. Dans le mode Step Sequencer, cela différera : ils correspondront à un pas de la séquence (sélectionner au préalable le son à jouer à l’aide de l’écran tactile et la molette). En mode Sampler ils serviront aussi à gérer les différentes fonctionnalités de lecture des échantillons et affiner l’édition. Ou encore dans le mode « mute » la pression du pad « mutera » ou « dé-mutera » la piste ou le pad. Enfin, en mode mixer elle aidera à sélectionner le son ou la piste à ajuster.

Et dans le concret ?

Cette proposition de travailler débranché me plait bien, je me dirige donc dans mon canapé, pose la MPC sur mes jambes,  et presse juste le bouton « on », pas besoin de galérer à trouver une prise électrique de libre. Après avoir appuyé quelques secondes sur le bouton « start » j’arrive sur un écran m’offrant la possibilité de lire jusque 12 morceaux de démonstration, dont des projets incluant des audio tracks, ou d’autres démos de la Pop à la Future House ou de créer un projet vide.

Chaque projet peut accueillir jusqu’a 128 séquences (Intro, Couplet, Refrain… etc) et celles-ci sont éditables selon vos désirs, le tout en temps réel ! Vous pourrez donc copier, supprimer, nettoyer, transposer, et utiliser divers outils de correction de durée intégrés (insertion / suppression de mesures, doubler ou diviser par deux la longueur) ou encore exporter la séquence sous forme de sample.

Chaque séquence contient 128 pistes maxi qui peuvent prendre plusieurs formes : ‘Drums‘ qui permettra d’assigner un sample aux 16×8 pads disponibles, ‘Keygroups ‘ auxquels vous pourrez assigner un ou plusieurs sons d’instruments comme sur un sampler (le layering des sons étant bien utile dans les productions Electroniques) à la même note de clavier, charger desClips’ et enfin envoyer dessignaux midipour commander les synthétiseurs externes de votre studio (que vous pourrez rentrer en audio pour enregistrer directement !!). Les 3 types de programmes Drum, Keygroup et nouvellement Clip pourront se charger dans le projet directement à partir du Browser (deux clics sur la touche menu) et se retrouver ensuite par type de piste du projet.

Le browser quand à lui est super simplifié pour la navigation. Une fois l’emplacement de recherche défini en cliquant sur les onglets « places » et « expansions » vous n’aurez plus qu’à vous diriger sur l’onglet « content » où apparait un menu divisé en 6 groupes : Drums, Instruments, Clips, Samples, Demos et My Files correspondant à ce que l’on a créé soit même.

AKAI MPC LIVE Browser

AKAI MPC LIVE Browser

Pour chacun des groupes, vous aurez plusieurs niveaux de filtres : projets, séquences, kits, samples et « tous  ». De plus une fonction « search directory » vous permettra de rentrer des mots clés soit au doigt à l’écran, soit avec un clavier QWERTY externe (que vous aurez connecté via l’entrée USB). Et pour parfaire la sélection, une fonction de pré-écoute est possible en cliquant sur le bouton play de l’écran tactile (volume d’écoute réglable fort utile pour les cymbales crash par exemple). Une fois le fichier sélectionné vous n’aurez qu’à le charger et vous le retrouverez dans votre projet. Toujours à partir du browser, vous pourrez assigner aux pads les samples que vous aurez sélectionnés et créer un programme sur mesure (ex: vous voulez un kick de batterie acoustique, des Hats de Tr808 et des vocaux que vous avez samplé auparavant le tout sur le même programme de drums, c’est possible !)

 

Vous aurez aussi la possibilité d’assigner une audio track à la séquence en sélectionnant en bas à gauche de l’écran la fonction « audio ». C’est à partir de ce menu qu’il vous sera possible de nommer la piste, l’armer, la pré-écouter et basculer vers les menus contextuels de configuration de l’enregistrement (entrées de 1 à 4, volumes, effets à l’enregistrement, panoramique et des fonctions solo, mute également). Si vous ne souhaitez pas enregistrer mais tout simplement insérer un sample audio à la mesure désirée, vous pourrez à partir de ce menu basculer vers la fonction « edit audio » de laquelle vous travaillerez votre sample comme bon vous semble (découper, déplacer, dupliquer, editer les différents points de départ et de fin…). C’est aussi dans cette partie que l’on se rend compte que cette machine a vraiment une puissance phénoménale, et que le processeur permet une travail vraiment fou ! La taille de l’écran aide aussi et apporte une aisance de travail que l’on avait pas auparavant…

La grande nouveauté de cette MPC Live est aussi l’intégration de la fonction CLIP qui vous permettra d’insérer des « loops » ou « one shoot » sur les 16 pads et les lancer comme vous pourriez le faire avec ABLETON LIVE. Les clips se chargent soit par ‘kits’ comme vous pourriez le faire pour un drum kit, soit chaque boucle sélectionnée et positionnée sur le pad de votre choix. Pour chacune d’entre elles, vous pourrez définir la quantification de lancement, ajuster la tonalité par demi-ton ou de façon plus fine. Comme pour les éditions de samples, vous pourrez changer les points de départ et de fin, utiliser la fonction WARP pour figer la boucle au tempo de la composition, lire à l’envers et définir le ‘mute group’ qui mettra en silence le clip lors de l’envoi de certains signaux midi. Cette fonction CLIP est super utile car elle vous permettra de par exemple faire tourner une rythmique en fond de votre composition, par exemple un groove de percussions, des shakers, des hats etc.

Un enregistrement de vos pistes ultra simplifié

Toujours dans un workflow hyper créatif et efficace, vous aurez 2 possibilités pour enregistrer : le Séquenceur Classique (grid editor) et le Step Sequencer (programmation pas à pas).

En mode enregistrement, il vous est possible de caler les notes directement sur la grille en réglant votre valeur de correction temporelle (appuyer sur l’icône en forme d’horloge pour accéder au sous menu de quantification : réglage de la division temporelle, quantification par le début ou la fin de la note, sa longueur, le legato ou encore la valeur de groove/swing ). Vous n’aurez plus qu’à presser REC (ou OVERDUB) et PLAY (ou PLAY START) pour commencer à jouer avec les pads et enregistrer votre séquence. Si certaines notes jouées ne vous conviennent pas, vous pourrez les modifier du bout des doigts dans le mode ‘Grid’. Pour ce faire vous n’aurez qu’à zoomer, sélectionner la gomme et cliquer sur la note à supprimer; vous pourrez également ajouter une note à l’aide du stylo et en gérer la longueur. Même principe si vous désirez modifier la vélocité de note, le grid mode et le stylo seront vos outils essentiels ! Si toutefois vous ne désirez pas paramétrer de correction temporelle à l’enregistrement, il vous est possible de faire cette ‘time correction’ après. Si vous faites une erreur, vous pouvez annuler ou en appuyant sur ‘UNDO’ ce qui peut s’avérer pour continuer à travailler en temps réel.

 

AKAI MPC LIVE Ecran Tactile

AKAI MPC LIVE Ecran Tactile

Le Step Sequencer est une toute autre approche, il demande dans un premier temps de sélectionner la note à jouer et ensuite de la programmer sur une grille mesure par mesure. La vélocité est beaucoup plus simple à régler avec cette méthode et des presets ont été créés directement. Cette méthode est beaucoup moins intuitive et plaira à ceux qui préfèrent programmer les choses de manière moins ludique mais plus « carrée » du premier coup (ce qui peut s’avérer pratique pour le combo Kick / Snare).

Le Sampler et l’Edition

La MPC Live accueille à son bord un sampler haute qualité qui vous permettra d’enregistrer n’importe quelle  source audio, line ou phono avec ses deux entrées jack ou RCA prévues. Un des atouts majeurs de ce produit est le réglage du seuil de détection de l’enregistrement, donc dès que le signal arrivera dans votre machine, l’enregistrement de l’échantillon sera déclenché, ce qui fera une synchro parfaite du points de départ du sample.
Il vous sera ensuite possible d’éditer votre échantillon, ses points d’entrée et de sortie, le normaliser, changer sa tonalité. Enfin, vous pourrez affecter le sample, ou des slices à chacun des pads.

Dans le même esprit que le sampler mais plutôt destiné à la performance live, le looper intégré vous permettra d’enregistrer vos boucles et les exporter vers les pads pour les jouer en boucle dans un nombre de mesures prédéfini.

Il vous sera donc très simple, à l’aide d’une guitare et des instruments pris par un micro statique par exemple (l’artiste « Jacques » en est d’ailleurs très friand), de jouer un morceau seul, faire votre rythmique à la « human beatbox » et improviser sur votre live.

La performance live et les effets

AKAI MPC LIVE XYFx

AKAI MPC LIVE XYFx

Le mode XYFx vous permettra d’assigner à chaque piste (ou au titre global) des effets parmi les 17 effets proposés (beat repeat, différents filtres, phaser, flanger et delay) sur une matrice XY que vous piloterez du bout des doigts. Chaque paramètre est réglable, la fonction latch vous permettra de figer l’effet dans sa position et l’automation pourra également être enregistrée et rejouée.

Le mode pad perform quand à lui vous permettra de jouer des accords comme sur un clavier avec des valeurs pré-définies de modes (dorien, lydien, blues…), de gammes et de types d’accords (majeurs, mineurs, septième…). Cette fonction, bien que présente maintenant dans tous les DAW’s du marché, est très utile pour les compositeurs n’ayant passé trop de temps sur les bancs des écoles de musique. Ainsi vous pourrez connaître automatiquement les notes et composantes des accords pour donner quelque chose de sophistiqué et bien plus créatif et sonnant que des triades majeure ou mineures. Le large écran à coté des pads, rend le process de performance extrêmement intuitif et pourrait même s’avérer pédagogique !

En conclusion

Cette évolution de la MPC est juste hallucinante et vraiment très fonctionnelle. AKAI a souhaité se relancer dans la course au beatmaking et le fait que la machine soit totalement standalone la rend unique, et ça marche ! Les fonctionnalités et les options sont hyper vaste et ne vous laisseront pas en reste. La qualité des sons d’usine est bluffante et nous retrouvons ce petit grain sonore oldschool ce qui a fait la notoriété des MPC, back to the future ! Bref que d’éloges pour ce produit qui ne mérite vraiment un beau succès !

 

Verdict

Les plus :

  • Machine totalement stand alone
  • Batterie rechargeable
  • Manuel traduit en français
  • Ergonomie
  • Qualité de fabrication
  • L’écran tactile 7’ et le chiffon fourni
  • La qualité sonore
  • Les pads
  • La fonction XYFx intégrée à l’écran
  • Fonction bluetooth
  • Possibilité de brancher un disque dur SATA
  • La version 2.1 du software vraiment améliorée

Les moins :

  • Prise en main un peu complexe la première demi heure

Note: 10 / 10

Prix : 1199 €
Distributeur France : Algam


 

Un grand merci au magazine DJ MAG France (djmag.fr) pour m’avoir permi de tester cette machine et transcrire mon article sur ce blog.

 


 

Related posts

Post a Comment